ATELIER DES ARTS

Piano/ Clavier

 
  • - Projet Chaut’Jazz Grésy sur Aix
  • - Vidéos Orchestre à l’école La Biolle
  • - L’Orchestre du collège
  • Archives PHOTOS
  • Archives Vidéos 2009-2010
  • Archives Vidéos 2002 - 2008
  • 2011-2012
  • 2012 2013
  • 2013 2014
  • 2014 2015
  • 2015 2016
  • - 2016 2017
  • 2017 2018
  • L’ATELIER DES ARTS
  • ENSEIGNEMENTS
  • ACTUALITE
  • Documents de travail pour groupes/Ateliers/Elèves
  • Documents pour les professeurs
  • Le Café des Arts
  • - Nous contacter
  •  

    Dans la même rubrique

    Professeurs :Léonora

    Le piano est un instrument de musique polyphonique à clavier de la famille des cordes frappées. Le son du piano est produit par la vibration de ses cordes tendues sur un cadre rigide horizontal (piano à queue) ou vertical (piano droit), placé au-dessus de la table d’harmonie. Elles sont frappées par des marteaux couverts de feutre, actionnés par l’enfoncement des touches du clavier. La vibration des cordes est stoppée par un étouffoir lorsque la touche du clavier est relâchée.

    Le piano possède le plus souvent un pédalier de deux ou trois pédales, quelques fois quatre sur de récents pianos, permettant d’augmenter son potentiel expressif.

    Les pédales sont très importantes pour s’exprimer au piano : la pédale gauche est une sourdine (appelée aussi una corda) qui décale le clavier de façon à ce que les marteaux ne frappent que deux cordes au lieu de trois sur les pianos à queue, tandis que sur les pianos droits cette même fonctionnalité s’obtient par un dispositif donnant moins d’ampleur au son en rapprochant les marteaux des cordes ;

    la pédale du milieu est une sourdine pour diminuer le son au maximum pour ne pas déranger sur les pianos droits et la pédale tonale ou pédale sostenuto sur les pianos à queue, elle permet de prolonger uniquement le son de la dernière note jouée en laissant levé l’étouffoir de celle-ci ; la dernière (pédale forté) est peut-être la pédale la plus utilisée, elle permet au pianiste de prolonger la vibration des cordes, pour lier les harmonies entre elles.

    La quatrième pédale, plus rare que les autres, sert à prolonger les vibrations des cordes mais sans brouiller le son, car les étouffoirs ne se lèvent pas complètement, ce qui est très utile dans certaines pièces classiques.

    Le nom de l’instrument provient d’une abréviation de piano-forte, nom de son ancêtre du xviiie siècle, lui-même nommé par la possibilité qu’il donnait à celui qui le jouait de nuancer et ainsi de jouer aussi bien piano que forte ; possibilité que le piano a conservée. Dans certains pays, le piano est encore appelé « pianoforte ».

    Documents

    , 19 août 2011, JPEG 301.7 ko, 1920 x 1280 pixels

    Répondre à cet article